Kuruma-Nembutsu

Peut-être n’est-il pas sans intérêt pour nos lecteurs de citer ici une coutume curieuse en usage autrefois au Japon dans les ateliers monétaires.

A chaque coulée - car la monnaie ancienne n’était pas frappée, mais bien coulée, comme en Chine - on fondait quelques médailles dites e-sen (deniers images) portant des formules bouddhiques ou autres symboles religieux (figures plus ou moins grossières de divinités ou d’animaux) afin de porter bonheur, non seulement à l’ensemble de l’émission, mais aussi aux personnes qui allaient en faire usage.

J’ai remarqué une petite médaille de ce type dans la collection d’Extrême-Orient du Cabinet des Médailles, Bibliothèque Royale, à Bruxelles. EIle est uniface et se rapporte à la secte bouddhique Jōdo-shū (Terre Pure ou du Suprême Bonheur). On lui donne habituellement le nom de kuruma-nembutsu ou « roue-prière au Bouddha », d’après l’inscription qu’elle porte et qui se lit dans le sens des aiguilles d’une montre, allusion possible à cet ustensile sacré que l’on appelle en Occident « cylindre ou moulin à prières ».

Les six caractères se lisent Namu Amida Butsu, invocation considérée, ainsi que nos lecteurs le savent, comme supérieure à toutes les pratiques religieuses.

Ce genre de médaille était autrefois émis à l’occasion d’une fête bouddhique ou encore de l’ouverture d’un temple, d’où son nom général de matsuri-sen (denier de fête) ou miya-sen (denier de temple).

Karl PETIT

Ekō 24

jikōji - 慈光寺

© 2003

info-at-jikoji.com

          home